Savoir faire et artisanat


L’ARTISANAT FASSI, UNE AFFAIRE DE SIÈCLES
L’artisanat marocain remonte aux plus lointaines époques du royaume. Les berbères, premiers habitants de la région furent les précurseurs de l’activité artisanale marocaine, à travers notamment le travail de la laine (tapis), du fer et de l’argent (bijoux), de l’argile (ustensiles divers), etc. Les Arabes conquérants de la terre du Maroc, ont contribué à l’évolution du domaine de l’artisanat en développant de nouvelles formes telles que le travail du cuivre (ustensiles divers), du bois (mobilier divers), de l’oseille (divers objets), de l’argile (poterie), etc.

A Fès, l’artisanat représente le secteur économique le plus important de la médina. Il constitue en effet, la catégorie professionnelle la plus représentée (plus d’un individu sur trois). En somme, 5 chefs de familles sur 10 appartiennent au corps des artisans. L’artisanat fassi se caractérise par sa richesse et sa diversité.

En effet, les productions de l’artisanat de la région de Fès-Meknès couvrent toutes les filières du secteur : décoration (articles de décoration et de cadeaux, du linge de maison et de l’art de la table) ; ameublement (meubles en bois et en fer forgé) ; bijouterie (articles précieux, semi-précieux et de fantaisie) ; habillement et accessoires (tissus et vêtements traditionnels, babouches, écharpes et maroquinerie) ; bâtiment (revêtement des sols, des murs et des plafonds, zellige, bejmat, bois et plâtre sculpté). Outre la place importante qu’il occupe au sein du tissu économique national et régional, l’artisanat reflète la richesse millénaire et le savoir-faire des maitres artisans marocains.

Bijouterie, boissellerie, poterie et céramique, maroquinerie, reliure, dinanderie et broderie font partie des activites artisanales connues et reconnues de Fès. La ville est réputée pour le tissage de tapis et la fabrication de zellige. Bien plus, les métiers traditionnels ont contribué à faire de Fès un pôle de rayonnement artistique confirmé par l’inscription du site Idrissite comme patrimoine universel reconnu par L’UNESCO.

  • Le tissage :

Le tissage artisanal de Fès, originaire de l’Andalousie, est classé dans la palette des arts décoratifs. Il s’agit de l’un des métiers d’artisanat les plus éprouvants qui fait appel à l’habilité mentale et physique des artisans. En effet l’utilisation du métier à tisser n’est guerre facile, elle requiert l’usage simultané des mains et des pieds et exige une bonne concentration de la part de l’artisan qui le fait fonctionner. Le tissage artisanal sert à produire divers tapisseries (brocard) décoratives d’ameublement.

  • Le menuiserie:

C’est au XIIIe siècle, sous le règne de la dynastie des Mérinides (XIIIe -XVe siècle) que le travail du bois atteint son apogée dans la ville de Fès. Les arts et métiers du bois se déclinent en trois grandes catégories : le bois domestique, le bois d’architecture et le bois liturgique.

Les techniques de travail sont très variées; on y trouve la sculpture, la gravure, l’assemblage, le tournage, la peinture et la technique dite mouquarnas avec les variétés que renferment chacune de ces techniques. Il en est de même pour les bois utilisés, du bois de cèdre le plus répandu, en passant par le bois de chêne au Thuya, la matière première des métiers du bois est elle aussi très diversifiée.

Largement répandue dans le royaume, le travail du bois connait néanmoins certaines particularités dans la ville de Fès. Ainsi, la peinture sur bois, et le moucharabieh représentent des spécialités fassies.

  • La maroquinerie:

Le cuir marocain et plus particulièrement fassi est réputé depuis des siècles à travers le monde. C’est d’ailleurs au XIVe siècle que l’on commence à entendre parler du « maroquin », terme qui désigne le cuir de chèvre et de mouton tanné ou teint du côté du poil, provenant du Maroc. La maroquinerie représente l’un des artisanats majeurs de la ville de Fès

Du traitement des peaux de bêtes à la confection d’articles de maroquinerie, le travail du cuir remontent à plus d’un millénaire au cœur de la médina de Fès. Cette activité artisanale se perpétue de nos jours encore au sein de la médina à l’aide des techniques traditionnelles d’antan.

  • La dinanderie:

La dinanderie représente l’une des spécialités de la ville de Fès. Cette activité artisanale consiste à faire fondre et couler le cuivre pour le marteler ou le ciseler en vue de la fabrication d’objets utilitaires et décoratifs tels que plateaux, bouilloires, théières, boites, chandeliers, casseroles, etc.

L’art de la dinanderie est un artisanat traditionnel perpétué dans les temps modernes, à l’image de la majorité des métiers de l’artisanat fassi.

  • La céramique:

Elle évoque l’histoire culturelle de Fès. Façonnée par des mains habiles de maîtres-artisans, la céramique de Fès est dotée de plusieurs fonctionnalités ; jarre, pot et gargoulette pour la conservation de produits alimentaires solides ou liquides, plat, assiette et jatte pour la présentation des mets, lampe à huile pour l’éclairage et brûle-parfum pour les fragrances. Qu’elle soit bleue (Bleu de cobalt nommée bleu de Fès) ou polychrome, la céramique de Fès avec ses motifs décoratifs est un réel plaisir pour les yeux. Outre les produits exposés dans les musées et les centres d’artisanat, la collection privée contenant 120 céramiques émaillées du XVIIIème siècle au XXème siècle, qui appartient à la fondation Omar Benjelloun, vaut le déplacement.