Excursions depuis Fès


ROUTES À TRAVERS LE MOYEN ATLAS

Royal Golf de Fès

À 15 km, en direction d’Ifrane, il vaut la peine de découvrir ce terrain de golf de 18 trous, l’un des plus beaux du pays.

SÉFROU

Oasis de verdure située à 28 kilomètres, au pied de l’Atlas et à côté du Massif de Kandar. C’est une zone très fraîche avec des cascades et des lacs. Son souk a lieu tous les jeudis. Il s’agit de la ville des cerises, dont la fête annuelle a lieu en mai.

IMOUZZER KANDAR

Nous retrouvons cette ville de l’Atlas à 37 km en direction d’Ifrane. Elle se trouve à 1440 mètres d’altitude dans le massif du même nom et dans une splendide zone naturelle.
Son eau abondante lui permet de bénéficier d’une magnifique agriculture de fruits, et plus particulièrement de pommes. Un festival dédié à ce fruit est d’ailleurs célébré en été.
Cette ville est un lieu de vacances réputé au niveau national.

La ville jouit d’une rue principale animée avec de nombreux restaurants. On retrouve même un lac en plein centre.
Les habitations souterraines sont typiques de la zone, ainsi que le fameux souk de la Kasbah de la tribu des Aït Seghrouchen.
Il faut aussi signaler les magnifiques sources que l’on retrouve à l’extérieur de la ville.

Le meilleur hôtel s’appelle la Porte de l’Atlas.

Dans ses environs, nous pouvons admirer la source d’Aïn Chifa, sur la route de Fès, avec une grande piscine.
Nous vous recommandons aussi de faire l’ascension du Djebel Abad, de 1768 mètres, qui offre de superbes vues sur la région.

SIDI KHIAR

Il s’agit d’une petite ville située au sud-est, sur le flanc sud du massif de Kandar. Le Festival culturel des arts de montagne y a lieu en été.

BHALIL

C’est un petit village aux maisons blanches et aux portes bleues qui se trouve à 3 kilomètres sur la déviation de la route de Séfrou. Il est connu pour ses grottes, même si elles ne sont pas signalées et si l’aide d’un guide est nécessaire pour les visiter.
On y retrouve des logements de charme, comme les gîtes ruraux Dar Kamal Chaoui et Jnane N’zaha Fès.

IFRANE

C’est une petite ville au style alpin située à 63 km sur les hauteurs des montagnes du Moyen Atlas. En hiver, on peut y profiter de la neige ou faire du ski au niveau de la station de Mischiffen, à 17 Km.

BOULEMANE

Il s’agit de la capitale provinciale, située à 100 km au sud, dans la zone la plus haute et la plus froide du Moyen Atlas. La zone domine la vallée de Muluya. Dans ses environs, on retrouve un grand nombre de forêts et de sites naturels. À Imouzzer Marmoucha, on peut par exemple admirer des cascades, des rivières, des vallées, des sources thermales, des grottes, etc.
C’est un excellent site pour les passionnés de paléontologie en raison de ses gisements de fossiles.

ROUTE D’OUJDA

Après avoir traversé le fleuve, la route grimpe jusqu’à un plateau qui offre des vues splendides sur le Rif et le Moyen Atlas, pays de la tribu berbère Aït Sadden.
Elle descend ensuite en longeant le fleuve et en passant par les Gorges du fleuve Sebou. 
Enfin, elle traverse le village de Bir Tam Tam, entouré de plantations de fruits, pour continuer en direction du barrage Idriss Ier.

EL MENZEL

À 65 km, après avoir dévié à Bir Tam Tam. Il s’agit d’un village situé sur les flancs du massif de Kandar, entouré de végétation et arrosé par de nombreuses sources. Une vieille Kasbah le surplombe. Il se trouve au centre d’une riche région agricole surtout spécialisée dans la production de fruits (de pommes). Le marabout de Sidi Mghit est à voir.
À quelques kilomètres, dans la montagne, nous retrouvons le douar d’Oulad Mkoudo-Tazouta, un logement rural de charme de type gîte. Plus d’informations et réservation.

En suivant une route de montagne en direction du village de Tarhit, nous pouvons accéder à la localité de Mghila, à côté d’une rivière. On y trouve un logement rural. Plus d’informations et réservation.

Depuis Tarhit, nous pouvons descendre vers la vallée du Sebou et accéder à ses sources qui forment des piscines naturelles. À proximité de cette zone se trouve la source de Timedrine,près d’une plage et de petites cascades.

À 8 km, nous arrivons au village de Ribat El Kheir, au pied de la montagne. Il s’agit d’une zone agricole à la croissance spectaculaire. C’est un point de départ pour les routes en véhicules tout-terrain qui vont en direction du refuge de Tafferte, sur les flancs du Djebel Iblane de 3500 mètres d’altitude. Après avoir traversé Ribat El Kheir et avoir fait l’ascension de cette montagne, nous arrivons au refuge de montagne qui appartient à la province de Boulemane. Il est possible d’y pratiquer le ski sur des pistes non-aménagées.

TAHALA

À 82 km, après une bifurcation sur la route générale qui mène à Oujda. C’est un centre agricole et une ville berbère de la tribu des Masmouda.

ROUTE DU RIF

Il s’agit d’une route sinueuse qui va en direction du nord, traverse les spectaculaires montagnes arides de Cheraga, atteint le fleuve Sebou et, après avoir traversé un plateau aride, monte jusqu’à Taounate et au port de Taounate El Kouch, qui donne accès au plateau de Ketama,  avec sa magnifique forêt de cèdres. C’est une zone traditionnelle de culture de haschich. Elle est contrôlée au niveau policier et n’est pas très fréquentée par les touristes.

La route passe à côté du barrage d’Idriss Ier et des villages ruraux de Tissa et Aïn Aïcha, avant d’arriver à la capitale de la province.

TISSA

Située à 48 km de Fès, dans la région sèche d’Hayaina. Elle se trouve sur une colline qui borde le fleuve Lebène.
Dans le passé, il s’agissait d’une ville militaire française. On y retrouve encore certains bâtiments coloniaux, comme le fort d’Od Ahmed, ainsi qu’un cimetière.
Elle est connue au Maroc pour son Festival du cheval, célébré en automne. C’est l’un des festivals les plus célèbres du pays, qui a lieu le jour de la fête du saint Sidi Mohamed Behlassen.
Des activités faisant partie du folklore régional y ont lieu.

TAOUNATE

Centre commercial et capitale du sud du Rif située à 81 km sur le versant sud du mont Tidiquin, le plus haut du Rif. Elle domine la vallée du fleuve Ouerra.

La route continue au nord avec la dénommée « route de l’indépendance », construite après la fin du protectorat franco-espagnol. Cette route serpente à travers les montagnes du Rif jusqu’à arriver au plateau de KETAMA à 1520 mètres d’altitude.